Lettre 7

Publié le par jeunes écrivains

9782847340402.jpg



L’orthographe du document est respectée

 

 

"Le 13 septembre 1916,

Mon cher Gérard,


Je viens de recevoir ton aimable babille et suis heureux que tu est pû avoir une petite permission pour voir ton deuzième enfant. Quant a moi je suis toujours en prévention et compte passé Samedi en conseil. Je ne sais ce qu’ils font me faire, mais s’ils veulent me faire plaisir, ils n’ont qu’a me fusiller car j’en est assez de cette injustice. Je suis la victime d’un de mes chers lieutenant, mais si malheureusement après ma condamnation je suis victime d’une autre insolent comme celui-ci je ne sais trop a qui je irais car je suis a bout. En plus de cela ma mère est au lit, et je craints une issue fatale pour elle. C’est elle qui me retient quand elle n’existera plus, moi seule déciderait du reste, car la patience est à bout. J’aurais bien fait venir le député de chez nous qui est bon avocat et qui ne s’en serait que fait un plaisir, mais j’est peur que ma mère vienne à l’apprendre. Enfin si je suis condamné injustement je n’esiterai pas a le faire venir car ma vie civile pourrait être atteinte par l’injustice militaire. Enfin j’espère que tu as passer trois jours heureux et que toute ta famille est en bonne santé. Si tu me r’écrit pas avant samedi voila mon adresse : Prévoté de 12e division Section Postale C° 33e. Quand a la vie militaire tu as une idée si je veux rester au régiment je ne peux te dire ce que j’en pense sur cette carte du régiment mais mon vieux avoir enduré ce que j’est enduré pendant trois mois a cause d’une manille tu doit savoir ce que j’en pense. N’as tu plus eu des nouvelles de Chabal et de Rouzey, sont-ils bien été tué ? Je te serre une cordiale poignée de mains et t’envoi mes meilleurs souvenirs pour ta famille.

Ton Poteau, Gabriel C."

Publié dans témoignages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

julieen 22/01/2010 18:28


Provete 12 division de section postal c 33

Mon chère Gabriel,




Je suis content que mon cadeau te face plaisir , et ne baisse pas les bras car je pense que cette injustice sera bientôt régler et tu sera libéré .
J’espère que ta mère va ce remettre, Chabal et Rouzey ont été fusillé car il ont avoué leurs collaboration avec l’ennemi et toi pourquoi et tu en prison déjà?

Réécrit moi vite j attendrai avec impatience de tes nouvelles et celle de ta mère

Gérard


merlin yoann 20/01/2010 17:38


Mon cher Gabriel,
Merci pour ta lettre et toute ma famille te remercie de l'attention que tu nous portes surtout en cette période si dur pour toi. Tu n'a pas besoin de m'expliquai les conditions dans laquelle tu es,
je comprends très bien. Je veux te dire qu'il vaut mieux que tu tienne a ta vie, plutôt que de vouloir la perdre, tu sais aussi bien que moi que ta mère ni survivrai pas de perdre de perdre son
deuxième homme. Le sort s'acharne sur toi, ne t'inquiète pas, laisse coulé le vent et accroche toi à une brin de vie qui transperce tout se que la guerre peut faire.


ton ami Gérard


rigaud laura 10/01/2010 13:54


Mon cher Gabriel,
Ma petite fille est une vraie merveille, elle est tout le portrait de sa mère. Nous sommes tous heureux de son arrivée, surtout Jean, mon aîné. Il est aux petits soins pour elle : il lui chante des
berceuses, lui raconte des histoires. Mais parfois, il e plaint des pleurs d’Elisabeth. Sa naissance est un vrai bonheur. Je suis si heureux. J’aimerai ne jamais retourner sur le champs de
batailles et rester auprès de ma famille. Mais c’est inévitable. Quand à Chabal et Rouzet, je n’ai pas de nouvelles les concernant. J’espère que ta mère se rétablira, on peut toujours espérer un
miracle. Et pourvu que cette maudite guerre finisse bientôt.
Gérard.


jocelyn 27/12/2009 11:20


Mon cher Gabriel,
J'ai hate de voir mon deuxième enfant.
Ici c'est calme,nous nous soignons,moi je suis blessé à la main.Beaucoup de soldats sont blessés ou mort.J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à t'annoncer,la bonne c'est que Chabal a effleUré la
mort mais la mauvaise c'est que Rouzey est bien mort.