Lectures 14-18

Publié le par jeunes écrivains

picto3.1_79.gifLa marraine de guerre, Catherine Cuenca

lp_so2_01.jpg



Ce roman de jeunesse, peu épais et très facile, est à conseiller à des élèves qui ont des difficultés de lecture. Entre 1916 et 1918, un jeune poilu ne garde le moral dans la tranchée boueuse que grâce au courrier de sa marraine de guerre. Il rêve de rencontrer celle-ci tout en redoutant cette visite qui risque de dissiper le mystère.
Ce roman, le premier d'un tout jeune auteur de dix-neuf ans est bien documenté.



picto3.1_79.gifUn tirailleur en enfer, Yves Pinguilly

lp_so2_02.jpg



L’auteur, connaisseur passionné de l’Afrique livre là un roman très accessible qui a été publié dans la collection « Les romans de la mémoire » ; c’est un hommage bien écrit à tous les Africains venus donner leur vie pour la France, parfois à leur insu, comme le héros, Tierno, un jeune Sénégalais.

Ce récit assez sombre qui montre l’horreur des combats est aussi une belle histoire d’amitié.



picto3.1_79.gifPromenade par temps de guerre, Anne-Marie Pol

lp_so2_03.jpg



Un roman de jeunesse, d’une lecture aisée, qui se situe à l’arrière du front : en octobre 1918, lors d’un des derniers bombardements de la guerre, le jeune Victor s'échappe de l'orphelinat où il est enfermé depuis quatre ans. Persuadé que son père n’est pas mort, il part à sa recherche. Il rencontrera le jeune Marcel et la belle Aliénor. Le père qu’il retrouve n’est pas tout à fait celui dont il avait rêvé.



picto3.1_79.gifLe Journal d’Adèle (1914-1918), Paule du Bouchet

lp_so2_04.jpg



La guerre de 14-18 vue par une jeune fille, et à l’arrière. Ce roman plein d’émotions, plus adapté aux filles, permet de découvrir le quotidien des familles françaises pendant cette période.


picto3.1_79.gifLa Chambre des officiers, Marc Dugain

lp_so2_05.jpg



« La guerre de 14, je ne l'ai pas connue. Je veux dire, la tranchée boueuse, l'humidité qui traverse les os, les gros rats noirs au pelage d'hiver qui se faufilent entre les détritus informes, les odeurs mélangées de tabac gris et d'excréments mal enterrés, avec, pour couvrir le tout, un ciel métallique uniforme qui se déverse à intervalles réguliers comme si Dieu n'en finissait plus de s'acharner sur le simple soldat. » Ces mots extraits du roman mettent en garde le lecteur : il ne sera pas question d’un récit de guerre, d’un récit d’actes héroïques. En effet, dans les premiers jours de 14, Adrien F, lieutenant du génie, est fauché par un éclat d'obus sur les bords de la Meuse. Défiguré, il est transporté à l’hôpital du Val-de-Grâce où il séjournera cinq ans dans « la chambre des officiers ». C’est le récit des souffrances, des rencontres, des amitiés qui se tissent que fait Marc Dugain, en honneur à son grand-père.



picto3.1_79.gifCapitaine Conan, Roger Vercel

lp_so2_06.jpg



Par sa longueur (plus de trois cents pages) et sa qualité d’écriture, ce roman, couronné du prix Goncourt en 1934, s’adresse à de bons lecteurs. L'histoire est celle de ces soldats français qui, au lieu de rentrer chez eux à la fin du conflit, restèrent mobilisés sur le front russe. Le capitaine Conan dirige un corps franc composé de repris de justice, qui se glissaient la nuit dans les tranchées allemandes et s'y battaient à l'arme blanche.
Le roman, qui traite de leur violence, de leurs peurs, dénonce les paradoxes de la guerre.



picto3.1_79.gifUn long dimanche de fiançailles, Sébastien Japrisot

lp_so2_07.jpg



Ce roman par sa longueur et la complexité de sa trame narrative (retours en arrière, récits croisés) s’adresse à de bons lecteurs. Contrairement au film qui en a été tiré, le point de vue adopté est résolument celui de Mathilde, cette jeune handicapée qui recherche son fiancé disparu sur le front en 1917. Sa quête va la mener jusqu’aux mutineries de 1917 qui ont causé la mort de bien des soldats qui ne pouvaient plus supporter les atrocités du front. Le roman fait écho au cours d’Histoire qui traite de ces événements.

http://www.fleursdencre3-prof.hachette-education.com

et encore...



Paroles de Poilus, Lettres et Carnets du front, 1914-1918, ed. Librio, 1998 : une centaine de lettres authentiques, écrites par des poilus et rassemblées à la suite d'une initiative de Radio France.

La première guerre mondiale, edition Hatier, coll. "Oeuvres et thèmes", 2006 : plus de trente textes autour de la guerre 1914-1918.




Bande dessinée : Jacques Tardi, C'était la guerre des tranchées : 1914 - 1918, edition Castermann.

Plus littéraire :
Erich Maria Remarque, A l'Ouest, rien de nouveau, 1928, ed.LGF, coll. Le livre de poche : le témoignage sur la guerre de 14-18 d'un jeune soldat allemand, Paul Baümer.

Publié dans témoignages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

laura verdier 29/12/2009 12:28


j'ai choisi paroles de poilus


laura verdier 29/12/2009 12:23


j'ai choisi paroles de poilus