L'amour de ma vie

Publié le par les jeunes écrivains

 

 

L’amour de ma vie


Je m’appelle Jean Le Bauf et je suis en classe de 6ème. Je suis le plus petit du collège, et ce n’est pas facile tous les jours.


Mon rêve, avoir une amoureuse.

J’ai fait des avances à plusieurs filles mais aucune ne m’a dit oui. Pourtant, ma mère me dit toujours que je suis mignon et beau. Mais au collège j’ai l’impression d’être l’halloween incarné.

 

Un jour, après une dure journée d’humiliation au collège, comme d’habitude, je rentrais chez moi, où j'allais découvrir quelque chose.


Je poussai la porte d’entrée, je posai mon sac, allai préparer mon goûter, comme d’habitude, et je m’installai devant la télévision, et pourquoi pas dehors puisqu’il faisait un temps magnifique. Mais pour jouer avec qui? Jouer tout seul : non, ça c’était quand j’étais petit. Mon émission terminée, je montai dans ma chambre pour y déposer mon sac et en sortir quelques affaires pour que ma mère croie que j’ai passé mon temps à travailler.

Et là, sur mon bureau, je découvris une ombre, quelqu’un qui m’attendait sur mon bureau, silencieusement. Pris de panique, je saisis le premier objet sous ma main pour essayer de me défendre, malgré ma petite taille, et ma mince corpulence, mais pourtant je pris ma batte de base-ball et j’avançais à petits pas vers cet intrus, car il s’agissait d’une petite silhouette qui me regardait, pleine d'espoir. J'avais l'impression de l'avoir déjà vue.

Voyant qu’elle ne me voulait aucun mal, je tentai la diplomatie :


- « Bonjour » lui dis-je.

Aucune réponse.

- « Voulez-vous boire quelque chose ? » insistai-je.


J’entendis un « oui » bref et je courus lui chercher un bol de céréales, comme ça elle pourrait manger et boire.

Je revins, quelques minutes plus tard, avec un bol, un paquet de céréales et du lait.

Je la servis et je lui tendis le bol. Elle mangea avec appétit puis j’allais lui demander son prénom lorsque j’entendis ma mère rentrer et crier "Jeannot!!!".

Mon hôte commença à prendre peur, mais je la rassurai et la cachai dans une de mes armoires.

Ma mère arriva et me demanda si ça allait, puis elle vit la boîte de céréales, un bol et du lait.


- «  Pourquoi as-tu pris un autre bol alors que j’ai vu le tien en bas ?  me dit-elle.

- J’avais faim, et puis je n’ai pas pensé à garder le même bol.

- Ce n’est pas grave mon chéri, mais la prochaine fois garde le même bol, et arrête de trop manger, ces derniers temps tu deviens grassouillet mon sucre d’orge.

- D’accord maman, excuse-moi ».


Le lendemain, je retournai à l’école. J’avais hâte de raconter ma rencontre avec cette mystérieuse personne. J'étais tellement content et fier qu'elle t fait le premier pas.

Mais, quand je racontais tout à mes copains, personne ne me crut et pendant toute la journée, j’ai été traité de menteur.


Après cette humiliante journée, je rentrai chez moi en me hâtant pour la revoir. En poussant la porte d’entrée, je me dépêchai de remplir un bol de céréales et de monter dans ma chambre pour revoir cette ombre. Je la trouvai, encore sur mon bureau ; je lui dis bonjour, lui demandais si ça allait bien et lui tendis le bol de céréales. Elle me répondit que tout allait bien, et elle dévora les céréales. Puis, je me mis à côté d’elle et une soudaine vague d’inquiétude me prit, j’éprouvais beaucoup d’affection pour elle, je dirais même de l’amour !! Nous passâmes la fin d’après-midi ensemble jusqu’à ce que ma mère arrivât et brisât ce moment magique.


Les semaines passèrent et tous les jours, j’essayais de convaincre mes copains que je sortais avec quelqu’un.

Mais personne ne me croyait jusqu’à ce qu'un garçon soit convaincu et voulut voir mon amoureuse. Je ne lui faisais pas beaucoup confiance, mais bon de cette façon je pouvais prouver que je sortais avec quelqu’un …

Je lui dis qu’on rentrerait ensemble ce soir-là du collège, pour aller chez moi, et pour montrer que je n'étais pas un menteur.

En arrivant à la maison, avec mon copain, je lui servis un bol de céréales et je remplis un autre bol pour ma copine.

Nous arrivâmes à la porte de ma chambre, mon copain, derrière moi, pressé de la rencontrer. J’ouvris la porte et comme d’habitude, ma copine m’attendait sur mon bureau. Je lui tendis le bol et elle le dévora.

Quand je me retournais pour dire à mon copain que je n’étais pas un menteur, son visage était stupéfait par la découverte de ma copine. C’était loin de ce qu’il avait pu imaginer.


Effectivement, elle avait des moustaches, une queue et de beaux yeux verts.

Mais, le plus important, c’est l’amour que l’on donne à quelqu’un.


Publié dans Concours 3°

Commenter cet article

Vanessa 08/12/2009 22:45


J'adore ta nouvelle, je vote pour toi.


... 08/12/2009 22:40


Très bonne nouvelle, je vote pour toi.


Justine 08/12/2009 19:02


La nouvelle est super je vote pour ta nouvelle le suspens reste jusqu'au bout.


Marie. L 07/12/2009 18:55


Je pense que cette nouvelle à ça place pour le concours. Elle est drôle et on a envie de la lire jusqu'au bout.